La déroute de l'UMP pourrait notamment favoriser les centristes de l'UDI